dimanche 9 août 2009

Could you just smile and shut the fuck up, please?

Si vous vous intéressez un peu au monde de la mode, aux coulisses, que vous lisez la presse spécialisée, vous avez sûrement déjà vue cette fille:



Sara Ziff ressemble à Serena , a commencé comme toutes les autres à 14 ans et a fait des campagnes pour Calvin Klein et Tommy Hilifiger. Et Sara Ziff a trimballé sa DV partout dans les backstages des shootings et des défilés pendant 5 ans. Elle et son ex boyfriend réalisateur filmaient, au départ, pour faire une sorte de journal, un diary du mannequinat.  Et ça commence avec des scènes de camaraderies entre modèles avant défilés. C'est sympa, ça rigole. 
Alors, on pose deux secondes l'idée de faire un documentaire sur les mannequins, pas sur la mode, pas sur les créateurs, mais sur les filles, des filles qui vont parler. T'as souvent entendu un mannequin parler? Me dit pas Heidi Klum, cette fille est hors catégorie.
Déjà, si je veux faire ma pointilleuse, ça fait longtemps qu'elle n'est plus modèle mais top et super star. Et puis çà. Non, juste tais toi en fait.
Donc Sara Ziff dans "Picture me" (le trailer ici mais il est assez peu révélateur du contenu du film), dans une deuxième partie du film, une sorte de face B, fait parler ses copines du reste. Pas de l'anorexie, pas que. Elles parlent de la limite toujours floue entre ce qui est acceptable et ce qui est complètement délirant comme traitement des filles, des pressions des agences pour que les mannequins (parfois vraiment très très jeunes) soient très très gentilles avec les photographes. Extrait de l'article du Guardian.

"What's supposed to be the casting for a high-end fashion shoot turns into something more like an audition for a top-shelf magazine. The famous photographer demands to be touched sexually. "Sena - can you grab his cock and twist it real hard," his assistant tells her. "He likes it when you squeeze it real hard and twist it."


Ziff fait parler ses copines mais parle aussi d'elle même. "
Sara Ziff was 14 when she first began modelling. Her third casting was in the East Village in New York. "We had to go in one by one. The photographer said he wanted to see me without my shirt on. Then he told me that it was still hard to imagine me for the story so could I take my trousers off. I was standing there in a pair of Mickey Mouse knickers and a sports bra. I didn't even have breasts yet". 

Je ne vais pas faire ma fille super choquée, partir en croisade contre toute l'industrie de la mode, et arrêter d'acheter Glamour. Naaaaaaaaaaaaaan, pitié ! Tout le monde se doute de ce genre de comportements. Et ça ne te fait rien quand c'est anonyme, d'une fille que t'as jamais vu nul part. Ma quand le modèle de la dernière campagne Dior te raconte, en te regardant droit dans les yeux par la caméra, qu'à 14 ans, elle a refusé de faire des cochonneries avec un "a-list photographer" et qu'elle a été obligé de changer d'agence tellement ses bookers étaient furieux, cette fille que te renvois sa féminité triomphante en 7 par 3, tu te sens tout bizarre. Ce n'est plus un obscure modèle jamais aperçue, c'est la nana de la dernière campagne Dior.

L'article du Guardian est très bien fait donc je vous y envois si ça vous intéresse.

Cependant, je ne suis pas directement concernée par ces sujets. Comme je suis très grande ( 1m59 ) , j'aurais pu être mannequin, que dis-je, TOP MODEL sans problème. Je n'imagine même pas le nombre de talent scouts qui n'ont pas du oser m'approcher de peur de mettre au chômage toutes les autres filles de la profession. Je les comprends. Pour leur épargner cette souffrance, j'entretiens mon physique avantageux en passant mes dimanches après midi pluvieux (méga déluge chez moi en ce 9 août) comme ceci:

Quelques amis (dont Camille qui m'a amené un super pot de pâte à tartiner maison, merci Taupe), une rétro de TOUS les clip de Britney à la téloche et pleins de cookies. Attention, recette:




125g de beurre mou
80g de cassonade
175g de farine blanche
1 oeuf
1 càc rase de levure chimique
1 cuillère à soupe bombée beurre de cacahuète
1 cuillère à café rase de sel fin
100g de chocolat en pépites


Mélanger beurre et cassonade jusqu'à obtention d'un mélange crèmeux. Incorporer l'oeuf, bien mélanger, le beurre de cacahuète, puis la levure et toujours la farine en dernier. Mélanger jusqu'à ce que la pâte soit homogène. Et ajoutez vos pépites de chocolat. Si ta maman a un Kitchen Aid, tu mets tout dedans et zou, ça tourne.
Servez vous d'une cuillère à glace pour doser la quantité de pâte pour un cookie, faite une jolie boule bien ronde et aplatissez là avec la paume de la main sur un plaque allant au four recouverte de papier sulfurisé.
Cuire 9 minutes à 180°C. Décoller les cookies une fois refroidis seulement.



Mon gène mère juive a était super ON toute la journée et j'ai fait prendre 3 kg à tout le monde. Mange ma fille et tu ne sera pas Gisèle Bünchen. 

4 commentaires:

  1. La campagnarde qui n'enverra jamais "taupe" au 7121210 août 2009 à 00:37

    Du grand peukeupeukeupeukeuh devant toutes ces femmes de ma vies, au peanut butter et au chocolat.

    RépondreSupprimer
  2. le 71212 est un grand voyant...j'aime le 71212...mais pas autant que la rédactrice de ce blog...nounours

    RépondreSupprimer
  3. tu veux que je te dise...tu es ma Sonia de Bencouscous à moi. Mais en encore mieux :)

    RépondreSupprimer
  4. C'est pas pour dire... j'en entends bcp parler de ces machins... mais je n'en vois pas souvent la couleur.... Bon, OK... je n'en ai pas besoin !!! Bizzzzzzzzzz

    RépondreSupprimer