jeudi 23 décembre 2010

12 millions d'amis...

...perdus dans le Blizzard

Toi l’internaute, tu vois comme moi une notable, incommensurable, ma foi fort palpable, bref grosse recrudescence de la hype du geek, et ce depuis plusieurs années. Tout allait bien jusqu’à la sortie de la version film de Scott Pilgrim, là je crois bien qu’on a attend un non retour en terme de pallier de la loose : je ne veux même plus me marier avec Micheal Cera, je me suis souvenu qu’il était pas sexy. Mais qui dit vacances de Noël dit compulsage de films préférés, de facto de Nick and Norah’s Infinite Playlist, je vais peut être revoir mes positions d’ici le Shabbat de Noël ( c’est le moment de revoir la vidéo de Chrismukkah !) Nous nous égarons… Parlons beaucoup, parlons mal, laissez moi vous expliquer pourquoi je ne suis pas une geek.



Phrase entendue de la bouche d’une maman quelconque : « mais bien sur que je sais envoyer des textos, je suis un peu une geekette. » Alors déjà, non. Mais non, le stéréotype bourgeoise de province désœuvrée, qui va chercher Victoria à la Danse et Barnabé au judo, avec ses faux ongles en gel ( « JA-MAIS je ne louperais mon rendez vous de comblement, tu sais combien de temps il faut pour en retrouver un ? ») habillée tout en Burberry (pas en Posrum, en Burberry, de préférence la ligne plastique à savoir bottes de pluie et imper en vinyle) qui envoie un « OK » au texto de infonespresso, non, cette méta ancienne pauvre n’est pas geek. Non.



Et en ce qui me concerne, commençons par une affirmation polémique : je ne sais pas me servir d’un ordinateur, la preuve j’ai un mac. Voilà (pas taper…). De même mon smart phone : un Iphone 4 soit la machine la plus simple à utiliser depuis la voiture de Oui Oui. Je pense avoir plus lutter pour trouver toutes les fonctions cachées de certains Polly Pockets que pour apprendre à me servir de mon bel objet de design made by Apple mais quand même made in China. Autre fait marquant, si par marquant on peut vouloir dire triste, je me suis glorifié pendant 2 jours d’avoir installé VLC toute seule, et merde je suis vachement fière. Bien qu’ayant à mon actif deux publications sur Fuck Yeah Geek Girls, je ne reste que modérément au fait des choses de la technologie. Disons que je suis plus Penny que Sheldon, plus HeadBow que WOW, plus Sofia Coppola que Battlestar Galactica, plus Bret Easton Ellis que Star Trek Atlantis et que mes méthodes de hackage se rapprochent de celle de Machete (i <3> April) Se relire et réaliser une fois de plus qu’on est un sacré cliché.



Mais tout cela n’est qu’affirmations, tentons de démontrer voir même de prendre position. Que dit HollyWiki : « Le terme geek est un anglicisme désignant une personne passionnée, parfois de manière intense, par un domaine précis. Il s’emploie entre autres dans le domaine de l’informatique ainsi que dans celui de la science fiction ». Or, à moins de faire rentrer le vernis à ongles, Daisy Lowe ou tout animal tentaculaire dans les sus mentionnées catégories…. On a les préoccupations qu’on mérite, nous en convenons. Je crois donc pouvoir affirmer que dans une définition qui serait celle d’un individu un minimum puriste quant au concept, je ne suis pas une geek. Viens maintenant le moment délicat de rappeler que malgré le formidable boulot des agences de com, le geek n’est pas à l’origine doté d’un sex appeal évident. La hype profite aux gamers, aux cosplays et à la pizza froide sur la souris Razer. Toujours pas persuadée que ça rentre au Baron…

1 commentaire:

  1. Mon portable et moi (attends je regarde quelle marque c'est... Alooors... IBM je deirais, lenovo T60...) On t'envoie un commentaire. Non en fait, un texto. De mon Nokia.

    RépondreSupprimer