mardi 21 décembre 2010

De l'allégorie du taureau mécanique



Le hasard n’a rien à voir, c’est une phrase des Zombinies, parce que c’est toujours bien de commencer par un peu de culture élitiste. Le hasard donc, je n’y crois pas ou peu : pas de hasard quand tu lances un dès, il y a un algorithme derrière et pour le reste, entre les actes manqués et les moments où on se ment tout seul… Et puis le destin, je ne sais pas vraiment pourquoi, surement j’y crois parce que c’est rassurant de songer que le chemin est pré tracé, ça enlève une part de responsabilité dans les foirages. La Torah a une grosse position de planqué sur la question : notre destinée est toute tracée, mais on peut quand même la modifier, forcer le destin, un leitmotiv qui se résume à « aide toi, le ciel t’aidera, mais si tu ne t’aide pas, il y a déjà une travée qui a été faite pour toi par Hakadoch Barouhou qu’il est très puissant ». C’est une position grise en quelque sorte.


« Il existe des mensonges blancs, ce sont de petits mensonges sans importance, puis des mensonges noirs, et toute une palette de gris entre les deux». Ça laisse une marge de manœuvre appréciable. Faire moduler la teinte en fonction du talent, de l’envie et du caprice. Et du manque, de l’urgence et du très nécessaire. On s’éloigne du sujet, je crois que j’ai un monkey brain, ça veut dire que ta pensée saute de branche en branche inopinément, le concept existe vraiment, il reste des gens drôles parmi nous.


Si tu dis destin, tu peux appréhender un chouette coté tout brillant et lumineux, car « tel est ma destinée » en Technicolor avec le son THX. Et si tu as lu Cocteau, tu peux aussi y voir la machine infernal et implacable (aka le taureau mécanique, haaaaaan, il veut dire quelque chose ce titre en fait) du destin qui te broie les membres sans ménagement, et ce quoi que tu fasse pour t’en sortir. Tu peux te cacher, fuir comme le mec qui a un , je cite "droit naturel", face à un espèce de gros monstre marin devenu un pokémon entre temps, qui veut légitimement le pendre la tête en bas et lui faire des trucs pas cool parce qu’il a fait une vilaine bêtise, tu sera toujours rattrapé par la machine infernale. Là c’est le coté un peu bad trippant.


Certes, je peux bien le dire, en rougissant c'est certain, j'aimerais être un peu plus mystique parfois. Parce que ça apporte des réponses à ce qui ne tient pas, ce qui n'a pas de logique, pas de ressort, pas de cohérence. Le diable en peluche qui sort de la boite et qui fait sursauter. "Mais d'où ça sort ça encore..." Un événement tellement inattendu et grotesque que tu en oublie même de te méfier, "la seule divinité raisonnable, je veux dire le hasard." ( ce n'est plus les zombinies). C'est peut être là qu'il faut être déraisonnable, quand parfois, il y a un évènement qui résonne dans ton ventre, (faut il faire confiance à l’intuition ou est ce que c’est juste un désir très fort ?), qui te dit que tu risque d’y laisser des plumes et que tu va droit dans un mur. Le destin alors ? non, quand même pas, faut pas déconner, le hasard peut être pour une fois.


on écoute: Devil in a new dress - Kanye West

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire